La théorie des intelligences multiples : Aidez votre enfant dans ses apprentissages

intelligences multiples

Une théorie qui s’adresse à tous

Lorsqu’on devient parent et qu’on croise le regard de notre enfant pour la toute première fois, on sait que l’on va tout faire pour rendre notre enfant heureux. Le sens de notre propre vie change. Nous avons un objectif de vie qui se rajoute et qui vient dépasser tous les autres. Après s’assurer de sa bonne santé, ce que nous voulons, c’est qu’il s’épanouisse dans sa vie. Certaines personnes ressentent une pression et une responsabilité pesant sur les épaules. Cela peut faire peur. Ce n’est pas toujours évident comme sentiment. C’est normal. Car pendant une bonne partie de son enfance, c’est nous, parents, qui allons choisir pour lui. Nous allons prendre toutes les décisions qui vont participer à sa construction personnelle d’être en devenir. Whoua ! Ça fait peur vu comme ça. Et en même temps, nous prenons plaisir à participer à son épanouissement, à partager avec lui et à le voir grandir. Nous prenons notre rôle à cœur.

Soucieux de bien faire, nous nous posons beaucoup de questions. Est ce que je fais assez bien ? Est-il heureux ? Qu’est ce que je peux faire de mieux ? Pourquoi a-t-il ce comportement là ? Est-ce à cause de moi ?  Est-ce de la rivalité fraternelle ? Est-ce à cause de la nounou, du camarade un peu turbulent à l’école, de la maîtresse ? Pourquoi ne sait-il toujours pas lire ? Est-il en retard ? Est-ce à cause de moi, de l’école, … ? Bien plus de questions qu’il n’en faudrait !

Où cherchons-nous nos réponses ? Là où elles se trouvent. On questionne le cercle familial et amical. Nous allons voir les professionnels de la petite enfance, les pédiatres, les enseignants, … Ou encore nous faisons nos propres recherches sur internet, livres, magasines, … Ce qui est très bien. Cela veut dire que vous êtes dans une démarche de mieux faire.

Je vous propose, au travers de cet article, de vous présenter la théorie des intelligences multiples. J’espère que ça vous aidera à mieux comprendre votre enfant pour un accompagnement de qualité.

Qu’est ce que la théorie des intelligences multiples ?

Cette théorie est proposée par Howard Gardner qui a fait des études en psychologie développementale et cognitive. Cette théorie a vue le jour en 1983. Elle suggère que chacun possède, pas une, mais plusieurs intelligences. Elles seraient toutes indépendantes les unes des autres, plus ou moins développées en fonction des individus. Elles participeraient à notre personnalité par leurs influences sur notre manière de comprendre, d’analyser, d’évaluer et d’agir.

Cette théorie est un outil pour aider nos enfants dans leurs apprentissages. Je vous mets en garde sur un point. Attention à ne pas mettre votre enfant dans une case. Le but n’étant pas de lui attribuer une intelligence. Il risque de se sentir enfermé dans celle-ci. Il va explorer chacune d’elle, tout au long de son enfance. A des moments, il va utiliser un peu plus son intelligence naturaliste et par d’autres moments son intelligence spatiale pour la résolution d’un problème par exemple. La théorie des intelligences multiples est une aide précieuse pour la mise en place des projets éducatifs. Elle est de plus en plus utilisée par le corps enseignant et c’est une très bonne nouvelle pour nos enfants.

Les 7 intelligences

  1. L’intelligence verbale-linguistique : Ce sont des personnes qui sont sensibles aux différents langages (verbales, corporels, écrits, …). Ces personnes là aime jouer avec les mots (scrabbles, mots croisés, …). Ils aiment lire et écrire. Ils s’expriment avec facilité. Ils racontent. Ils miment. Ils font du théâtre. C’est l’une des intelligences les plus répandues car c’est la plus cultivée à l’école.
  2. L’intelligence musicale-rythmique : Ce sont des personnes sensibles aux sons, à la musique, aux rythmes, aux timbres musicaux. Ce sont des personnes qui battent du pied et fredonne en travaillant. Cette intelligence est souvent associée à l’intelligence inter et intrapersonnelle car elle est liée à l’émotionnel.
  3. L’intelligence corporelle-kinesthésique : Ce sont des personnes qui utilisent leur corps pour s’exprimer. Ces personnes là aiment la danse et le sport en général. Elles ont une bonne coordination. Elles se mobilisent gracieusement dans la vie de tous les jours avec de gestes fins. Elles sont habiles avec les objets et font souvent des métiers manuels. Elles explorent le monde avec le toucher.
  4. L’intelligence visuelle-spatiale : Ce sont des personnes qui se créent facilement des images mentales, des représentations. Elles visualisent rapidement ce qu’on leur demande. Ce sont des personnes qui expliquent en faisant des dessins et des croquis. Elles ont un bon sens de l’orientation. Elles aiment les puzzles et les arts visuels.
  5. L’intelligence logico-mathématique : Ce sont des personnes qui ont des capacités pour compter, quantifier, classer, organiser, raisonner. Elles aiment les jeux de stratégies. Elles aiment les “pourquoi” (veulent savoir la raison sur tout).
  6. L’intelligence interpersonnelle : Ce sont des personnes qui ont des capacités à entrer en relation avec les autres. Elles s’intègrent facilement et prennent la place de leader. Elles s’expriment facilement. Elles sont sensibles à l’autre, à ses humeurs, ses intentions, ses émotions. Elles font preuve de compréhension et d’écoute. Elles sont créatives.
  7. L’intelligence intrapersonnelle : Ce sont des personnes qui ont une bonne conscience de soi, de ses forces et de ses faiblesses. Elles savent prendre du recul sur leurs expériences et agir en conséquence. Elles travaillent en autonomie. Elles se fixent des objectifs réalistes. Ne sont pas impulsives et sont difficilement influençable. Cette intelligence capitalise les autres et compense les faiblesses.
  8. L’intelligence naturaliste : Ce sont des personnes sensibles à la nature, aux plantes, aux animaux et toutes formes de vie. Elles cherchent à comprendre les interactions entre la nature et la civilisation. Elles aiment chercher à améliorer, à défendre son environnement. Elles sont observatrices et savent reconnaitre les anomalies dans la nature.

Je suis sûr que vous vous êtes tous amusés en lisant les différentes intelligences : “moi je suis comme ça”, “ah non ! moi je ne suis pas du tout mathématique”, …

Que vous le fassiez pour vous c’est très bien. Mais attention de ne pas le faire avec vos enfants. Encore une fois, je vous préviens sur le danger des étiquettes.  Elles limitent vos enfants et les enferment dans ce qu’ils peuvent penser d’eux-mêmes. Ils finissent par ne plus apprendre à se connaitre. Les enfants sont en recherche constante d’identité et c’est normal. Donc laissons-les. Et gardons nos réflexions pour nous, s’il vous plait. Le risque est d’avoir un adolescent ou un jeune adulte qui a une image erronée de lui-même. Il y aura un moment dans sa vie où il partira en quête de son identité. Comme on entend souvent : “il se cherche”. Ce qui n’est pas grave en soi, mais c’est dommage malgré tout.

Votre enfant va jongler entre les différentes intelligences. Il va les tester et plus ou moins les approfondir. Autant l’adulte peut s’auto-analyser, autant l’enfant c’est très difficile. Une année il va adorer l’anglais car la prof est super et l’année suivant c’est les mathématiques qui vont le captiver.

Alors que faut-il que je fasse en tant que parent ?

Comment observer son enfant ?

La chose la plus importante à faire est d’observer votre enfant, sa manière de se comporter, de réfléchir, de s’adapter, de trouver des solutions dans la vie de tous les jours.

Votre enfant a-t-il une sensibilité particulière ? Est-il sensible à la musique ou à la nature ? Par exemple, ma fille a en ce moment une sensibilité particulière pour les insectes et les araignées. Alors que dois-je faire par rapport à cela ? On fait des balades. On observe de près entre les herbes. Je choisi des livres qui pourraient alimenter sa curiosité, avec de belles photographies de préférences. Et c’est extraordinaire car au travers de ce thème on a pu parler et aborder beaucoup de sujets comme la vie, la mort, se nourrir, boire, s’abriter du froid, avoir des bébés, pondre des œufs, chasser une proie, … Whoua ! Je ne pensais pas aborder autant de sujets grâce aux insectes.

Observez quels stratégies votre enfant met en place face à un problème ? Va-t-il discuter ? Va-t-il contourner le problème ? Va-t-il essayer de comprendre ? Je vais de nouveau vous donner un exemple avec ma fille (les exemples c’est concret pour comprendre Winking smile ). On décide de faire un gâteau. Je m’aperçois qu’il n’y a plus assez de farine (200g). Elle commence par me dire : “Mais maman il faut seulement 550g. (Elle a seulement 3 ans, donc elle dit un nombre au hasard qu’elle a déjà entendu en cuisine). Elle fait appel à son intelligence logico-mathématique pour comprendre la situation. Puis elle me dit : “Sinon on peut mettre de la poudre d’amande”. Elle avait déjà visualisé qu’on pouvait parfois remplacer la farine par la poudre d’amande, avec la création d’une image mentale. Elle a fait appel à son intelligence visuelle pour trouver une solution. Puis elle m’a dit : “Mais maman, pourquoi tu veux faire un gâteau ? On a déjà fait des crêpes.” Elle fait appel à son intelligence interpersonnelle en essayant de comprendre mes intentions. Pour finir par me dire : “Bon on essaye et s’il n’est pas bon on le mange avec papa.” (Le gâteau était pour mes collèges de travail.) Là elle a fait appel à son intelligence logico-mathématique en organisant les solutions.

Le but est d’observer les mécanismes mentaux et les différentes sensibilités de vos enfants pour en découler des vecteurs d’apprentissage appropriés.

Alors là vous me dites : Ok… ! C’est super ! Mais on fait quoi concrètement ?

Comment aider mon enfant dans ses apprentissages ?

Vous allez accompagner votre enfant dans ses apprentissages. Je dis bien “accompagner” car c’est lui qui va vous montrer comment il préfère apprendre. S’il bloque avec la géométrie proposez-lui un livre, des cartes mentales ou encore une sortie à la cité des sciences. Ce sont trois vecteurs d’apprentissages qui sollicitent des intelligences différentes. Peut-être qu’il y aura une méthode qui fonctionnera. Petit à petit vous allez savoir ce qui fonctionne ou non avec votre enfant. Mais ne restez pas 2 heures tous les soirs sur les devoirs d’exercices, qui de toute évidence ne parle pas à votre enfant. C’est le meilleur moyen de l’écœurer. Mais c’est l’erreur de beaucoup de parents qui sont soucieux de bien faire pour leur enfant. Pensez bénéfice pour votre enfant. Qu’est ce qui est le plus important ? Qu’il finisse ses devoirs d’exercices ou qu’il comprenne concrètement de quoi ça parle ?

J’ai moi-même le souvenir d’avoir passé des heures avec mon père, tous les soirs, pour apprendre mes poésies. Ça ne marchait pas, de toute évidence, car tous les matins je partais à l’école sans connaitre ma poésie. Mais tous les soirs ça recommençait, on restait des heures devant ma poésie, avant et après mangé. J’en garde un horrible souvenir. Alors non ! S’il vous plait ne faites pas ça avec votre enfant. Aidez-vous de la théorie des intelligences multiples. Si vous avez besoin de transformer la poésie en un air de mélodie, alors faites-le. Si vous avez repéré l’Intelligence prédominante du moment de votre enfant, ses apprentissages seront plus facilement assimilables. Il y trouvera du sens.

Un autre conseil que je vous donne. C’est de ne pas minimiser tout ce qui participe à l’épanouissement personnel de votre enfant. Et offrez-lui les moyens de continuer ses activités qui lui sont chers. Même si pour vous ce n’est pas aussi important que l’école, pour lui ça l’est voir c’est même plus important. S’il aime la nature ou la musique, laissez-le être dehors ou écouter la musique. Peut-être que vous vous dites “oui mais en attendant il apprend rien”. Si, bien sûr que si, il se spécialise et apprend dans le domaine où il présente une plus grande sensibilité. Et pour lui c’est super important et épanouissant. Vous ne devez pas le négliger. En fonction de vos moyens financiers, essayez de faire au mieux pour l’inscrire à l’école de musique ou au camp scout pour qu’il puisse approfondir ce domaine.

Si votre enfant a une Intelligence interpersonnel, laissez-lui apprendre des autres ou lors de projets collectifs. Vous pouvez l’inscrire à la création du journal de l’école.  Si ce temps là est un soir d’école, votre enfant ne pourra pas faire ses devoirs. Est ce si grave pour vous ? S’il fait quelque chose d’une grande valeur pour lui, pourriez-vous concevoir qu’il saute ses devoirs ce soir là ? Même si c’est bénéfique pour lui ? Peut-être que pour vous c’est encore trop difficile de concevoir les choses de cette manière. Essayez de vous ouvrir à cela. Pensez à son épanouissement personnel qui est important pour sa construction d’adulte en devenir. Car chaque enfant est un adulte en devenir.

C’est bien dommage que l’école prenne autant de temps journalier dans notre pays et laisse si peu de place à l’épanouissement personnel de nos enfants.

Pour aller plus loin

Je vais vous raconter une histoire vécue à laquelle je pense régulièrement. Pendant mes années de primaires, il y a avait dans ma classe un camarade en difficulté scolaire. Il était aussi mon voisin, on aller à l’école ensemble et on faisait nos devoirs ensemble. Comme je vous l’ai dis, il était en difficulté scolaire. Chaque début d’année c’était pareil, les enseignants luttaient pour qu’il se plie au rythme scolaire pour finalement un mois après abandonner. Il passait tout le restant de l’année la tête allongée sur son cartable au fond de la classe. Il était calme et les enseignants ne lui demandaient rien. S’ils essayaient de l’intégrer à une activité ou un exercice, c’était un refus catégorique de sa part. Il a passé des années à attendre au fond des classes scolaires que le temps passe. Dans ma tête de petite fille, j’étais horrifiée tellement j’étais peinée pour mon voisin. Vous vous imaginez, mes parents qui me disaient qu’il fallait bien travailler à l’école pour avoir un métier, avoir la vie que l’on souhaite et pouvoir payer tout ce qu’il faut payer. Alors là c’était évident pour moi, lui, il allait rater sa vie ! Aujourd’hui, ce garçon a un CDI depuis plusieurs années. Il aime son métier. Il est paysagiste et épanouit. Il a acheté une maison. Il jouit aisément de ses loisirs. Et surtout il est heureux.

Cette anecdote est pour tous les parents inquiets. Essayez de lâcher prise sur des enseignements qui, de toute évidence, ne conviennent pas à votre enfant. Favorisez les domaines où il est bon et a une attirance particulière. Je ne dis pas de laisser votre enfant dans le fond d’une classe. Non, bien sûr que non. Mais il ne va certainement pas rater sa vie parce qu’il n’a pas minimum 12 dans toutes les matières. Ayez confiance en votre enfant. Il trouvera sa voie. Laissez-lui explorer tout ce qui le passionne. Ne forcez pas là où ça bloque. Proposez-lui des alternatives pour qu’il relève ses difficultés. Les pédagogies alternatives sont d’excellentes ressources.

En lien avec les pédagogies alternatives

La pédagogie Charlotte Mason est adaptée aux personnes qui ont une intelligence naturaliste. Une pédagogie qui se situe au cœur de la nature et des livres. Voici une liste d’activités idéale pour vos enfants naturalistes.

La pédagogie Freinet est optimale pour les personnes qui ont une intelligence inter & intrapersonnelle et verbale-linguistique. Une pédagogie qui se situe au cœur de la communication et de l’expression de soi. Voici une liste d’activités adaptée à vos enfants en quête d’expression.

La pédagogie Montessori et Froebel sont très confortable pour les personnes qui ont une intelligence visuelle-spatial et logico-mathématique pour les représentations mentales qu’offrent tous le matériel Montessori et Froebel. Ces pédagogies sont aussi adaptées aux intelligences corporelle-kinesthésique qui sont des personnes qui apprennent par le toucher, la manipulation et par le faire.

La pédagogie Steiner est adaptée à tous. Elle se situe au cœur du créatif et du jeu libre. Howard Gardner, créateur de cette théorie, avait hésité à rajouter l’intelligence créative. Il ne l’a pas fait parce que, selon lui, la créativité se situe et se développe sur tout niveau d’intelligence.

La pédagogie Decroly est idéale pour les personnes qui ont une intelligence interpersonnelle. Elle se caractérise principalement par l’entraide coopérative avec des enfants qui travaillent en autonomie. Elle est aussi axée sur l’expression et la communication.

La pédagogie De la Garanderie est bien adaptée aux personnes qui ont une intelligence visuelle-spatiale grâce aux représentations mentales utilisées dans cette pédagogie. En même temps, elle peut s’adapter à toutes personnes et toutes intelligences. Puisqu’elle complète très bien la théorie des intelligences multiples. Cette pédagogie et cette théorie sont toutes deux basées sur le même fonctionnement. Elles mettent en évidence les processus mentaux qui se mettent en place face à la résolution d’un problème ou lors de l’assimilation d’un apprentissage.

Conclusion

J’espère que cet article va vous aider à adopter un accompagnement de qualité des apprentissages de vos enfants, en vous permettant de mieux comprendre ce qui se passe dans la tête de vos chérubins. J’ai mis en lien les intelligences multiples avec des exemples concrets, des activités et certaines pédagogies à adapter pour une meilleure mise en pratique.

Je vous souhaite, à tous, de vous épanouir au côté de vos enfants en pleine réalisation d’eux-mêmes.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    44
    Partages
  • 44
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.