3 étapes simples pour instaurer la pédagogie Montessori à la maison

La pédagogie Montessori  est bien plus qu’une simple pédagogie. C’est une philosophie de vie, un état d’esprit. L’enfant apprend de tout et tout le temps, telle une éponge. Guidé par ses périodes sensibles il va apprendre de son environnement. Je vous conseille de lire mon précédent article sur les différents concepts de la pédagogie Montessori afin de bien comprendre de quoi il s’agit avant de commencer.

1 – Environnement préparé

L’environnement doit être pensé, réfléchi afin qu’il soit bien adapté aux besoins de l’enfant et de ses capacités à faire seul. Dans le but que l’enfant ne soit pas limité dans ses envies d’apprendre et de vouloir faire seul. Pour la vie pratique, c’est à dire les actes de la vie quotidienne, il faut que l’organisation lui permette d’imiter l’adulte. Chaque pièce de la maison doit être aménagée pour que l’enfant puisse agir de manière autonome. L’espace doit être sécurisé et respecter le développement de l’enfant en favorisant l’autonomie et la motricité libre. Ses capacités à agir seul vont venir stimuler sa confiance en lui. Et cette confiance en lui va amener de nouvelles prises d’initiatives, et ainsi de suite. L’environnement doit être calme, beau, ordonné et attrayant.

  • Aménagement de la chambre

La chambre doit comporter un coin nuit, un coin jeu et un coin lecture. Si la chambre est destinée à un bébé on peut rajouter un coin change et un coin tétées.

Le lit à barreaux est à bannir. Maria Montessori dans son livre L’enfant dit que ces lits à barreaux sont la première prison des enfants. Les matelas au sol sont à privilégier car ils favorisent l’autonomie. L’enfant peut se coucher lorsqu’il a sommeil et se lever seul lorsqu’il a fini de dormir. Ce qui respecte le rythme de l’enfant.

Les enfants qui sont habitués à leur lit à barreaux mettront quelques jours à s’habituer en se relevant souvent du lit. Ce qui peut exaspérer et décourager quelques parents hésitants. C’est normal, les enfants usent de leur liberté rendue. Petit à petit, aller au lit ne sera plus une contrainte mais un besoin. Régulièrement, je retrouve mes filles dans leur lit avec un livre en train de m’attendre.

Le coin jeu doit être bien présenté avec seulement quelques jeux sur l’étagère. Il faut que ce soit ordonné et attrayant. Oubliez les caisses remplis de jouets. Les enfants finissent par toujours jouer avec les mêmes jeux. Les chambres finissent en bazar et les enfants sont incapables de les ranger car c’est trop. Si votre enfant a beaucoup de jouets, faites une rotation en enlevant certains jouets que vous ressortirez plus tard.

Le coin lecture doit être aussi bien présenté. Par exemple, un tapis au sol et des coussins. Il faut que ce soit chaleureux qu’on est envie de s’y installer pour lire. Les livres ne doivent pas être nombreux et doivent être sélectionnés précautionneusement. Ce n’est pas grave le livre offert par la tata un peu bêta avec des dessins grotesques, on le met de côté ou on fait don à la médiathèque. Les enfants apprennent au travers ce merveilleux outil éducatif qui est le livre, autant que ce soit de belles notions, belles histoires avec de belles illustrations.

  • Aménagement de la cuisine

Dans la cuisine, comme dans toutes les pièces de la maison, la première chose à faire est de la sécuriser. Beaucoup de danger sont dans la cuisine. Donc on range les produits dangereux, les grands couteaux et tout ce qui blesse.

Un placard doit être réservé pour les enfants, accessible, avec leurs couverts. En autonomie, ils pourront venir chercher ce dont ils ont besoin pour le petit déjeuner, le repas ou le goûter.

Un marchepied solide doit être présent pour que l’enfant ait accès au plan de travail. Il pourra ainsi participer à l’élaboration des repas. Si l’enfant est encore petit (moins de 3 ans environ), je vous conseille de fabriquer une tour d’observation. Nous l’avons à la maison, elle est très pratique. Nos deux filles l’ont utilisée quotidiennement et la dernière l’utilise toujours.

Longueur = 35 cm

Largeur = 28 cm

Hauteur = 37 cm (à adapter à la hauteur de votre plan de travail)

  • Aménagement de la salle de bain

Pour la salle de bain, votre enfant a besoin d’avoir accès à ses affaires et de pouvoir faire une petite toilette en autonomie. Si vous avez un bidet dans votre salle de bain, c’est un excellent point d’eau qui peut être utilisé par votre enfant. Il vous faudra rajouter un miroir, sa brosse à dent, un petit verre, un gant de toilette, un petit crochet à mi-hauteur pour qu’il puisse accrocher sa serviette.

Si vous n’avez pas de bidet dans votre salle de bain, vous pouvez installer une petite table avec une bassine d’eau et ses affaires.

Pour les enfants plus grands, un marchepied suffira pour utiliser le lavabo classique.

  • Aménagement du salon

Dans le salon, vous pouvez faire plusieurs espaces. Un coin jeux, un coin lecture, un coin activité, un coin art plastique, un coin motricité. A vous de voir, en fonction de vos envies et des envies de vos enfants.

  • Aménagement de l’entrée

Dans l’entrée disposez une petite chaise pour que votre enfant puisse s’asseoir, une petite étagère qu’il puisse poser ses chaussures et un petit porte manteaux ou crochet qu’il puisse poser son manteau et son sac.

 2 – Le matériel

Le matériel Montessori est multiple. Il appartient à plusieurs catégories : La vie pratique, le matériel sensoriel, mathématique, langage, sciences, histoire et géographie, le matériel de musique, et d’art. Voici une petite liste du matériel essentiel à avoir à la maison pour les grands et les petits.

  • Comment le choisir

  1. Le matériel qu’on lui propose doit favoriser son autonomie donc il doit pouvoir jouer tout seul. Le matériel doit être adapté à ses capacités et son développement physiologique. Par exemple le matériel pour verser, la carafe ne doit pas être trop lourde. Il a besoin de verser seul avec.
  2. Il doit présenter un début, un déroulement et une fin. Les graines sont dans la carafe, l’enfant verse dans le bol et toutes les graines se retrouvent dans le bol. L’enfant prendra plaisir à le faire et le refaire. C’est par la répétition de l’exercice que l’enfant apprend.
  3. Le matériel doit être autocorrectif. Si les graines tombent à côté, l’enfant s’en aperçoit de lui-même et peut s’autocorriger en réadaptant son geste.
  4. Le matériel a besoin d’être esthétique afin qu’il soit attrayant. Privilégier le bois que le plastique. Favoriser les couleurs douces que les couleurs flashes.
  5. Le matériel doit être simple avec un seul but. L’objectif doit être clair est unique. Donc il faut oublier les jouets évolutifs, tout-en-un avec de multiples fonctions. Les jouets avec trop de bruits et de lumières créent de la sur-stimulation et de la confusion chez l’enfant qui va rapidement se retrouver en état de stress. Par le matériel Montessori, nous cherchons plutôt la concentration de l’enfant.
  • Comment le présenter à mon enfant

  1. Le matériel doit avoir une place bien défini sur une étagère. L’enfant viendra le chercher lorsqu’il souhaitera l’utiliser et pourra aller le reposer lorsqu’il aura terminé, en toute autonomie. Le matériel doit rester à disposition.
  2. Une belle présentation sur un plateau. Le matériel, s’il se compose de plusieurs éléments, pourra être présenté sur un plateau en bois. L’enfant prendra le plateau pour faire l’activité.
  3. Faire l’activité une première fois, en lui demandant de bien observer ce que font les mains. La démonstration doit être faite avec des gestes lents et précis.
  • Quand le présenter à mon enfant

Le matériel doit répondre à la sensibilité de l’enfant sur le moment. C’est à dire qu’il doit faire partie de sa période sensible. Par exemple si votre enfant est en pleine explosion du langage vous pouvez lui présenter des imagiers. S’il est dans une période où il aime se concentrer sur des petits objets, vous pouvez lui présenter des perles à enfiler.

Vous avez besoin de respecter le rythme de votre enfant. Ne lui présentez pas le matériel trop tôt. Il sera face à du matériel qu’il ne maîtrise pas. Cela affectera sa confiance en lui lorsqu’il verra qu’il n’est pas capable. Donc gardez ce matériel pour plus tard.

N’enlevez pas immédiatement un matériel qui vous semble acquis. Les enfants aiment y retourner. Cela consolide les bases et les acquisitions.

  • Favoriser le homemade

Le matériel est assez onéreux. Beaucoup de choses peut-être fabriquées dans l’esprit Montessori. Je vous encourage à la faire. Voici quelques exemples avec mes enfants :

Motricité fine :

Boites à encastrement :

Pots à odeurs :

Reconnaissance des couleurs :

Trie :

Visser/Dévisser

 3 – Attitude du parent à adopter

  • Etre à l’écoute

Cette pédagogie nécessite l’écoute active et attentive de votre part. C’est vous qui allez identifier les différentes périodes sensibles de votre enfant. En fonction de sa sensibilité vous allez pouvoir lui présenter et préparer des activités. Vous allez observer ses difficultés et repérer ses envies d’apprendre.

  • Aménager l’environnement

C’est à vous d’aménager l’environnement et de vous apercevoir ce qu’il ne va pas dans l’organisation des espaces. L’organisation doit être régulièrement pensée et réadaptée en fonction de l’évolution de votre enfant. Des endroits ordonnés sont nécessaires. Votre enfant a besoin d’ordre et de clarté.

  • Etre un exemple

Vous êtes le guide de vos enfants. Vous allez leur montrer comment se déroule une activité. Par imitation, ils vont se l’approprier.

Et au-delà des moments prévus aux apprentissages, vos enfants apprennent de vous. Dans la vie quotidienne, ils s’imprègnent des codes sociaux. C’est à dire qu’ils observent, schématisent et enregistrent toute action et réaction de votre part. Ceci nécessite une remise en question dans notre attitude à adopter. De manière simple, nous devons être ce que nous aimerions que nos enfants soient. Si vous voulez que vos enfants emploient un langage correct, la meilleure méthode est de l’employer avant tout. C’est plus efficace que de partir à la guerre aux « gros mots » alors que nous mêmes nous les usons quotidiennement.

  • Ne pas intervenir

La pédagogie Montessori préconise de laisser l’enfant faire ses expériences et ses erreurs. Ils sont une excellente source d’apprentissage. L’enfant s’aperçoit de son erreur et s’autocorrige en réessayant jusqu’à la réussite. C’est satisfaisant pour l’enfant et lui donne confiance en lui. Au contraire, lui pointer du doigt ses échecs, lui dire non lorsqu’il rate ou refaire à sa place, lui donne l’idée de ne pas être à la hauteur. C’est une source de stress pour lui. Il hésitera à réessayer là où il a échoué. Intervenir freine ses élans naturels. Votre enfant a besoin de sentir qu’il est libre de se tromper. C’est sécurisant pour lui et ses apprentissages d’avoir droit à l’erreur.

Eviter de trop encourager votre enfant. Votre enfant ira vers telle ou telle chose lorsqu’il sera prêt. Donc ne lui mettez pas la pression. Proposez-lui pour qu’il sache qu’il a cette option mais c’est tout. N’insistez pas.

Évitez de féliciter votre enfant par des « c’est bien ! ». Mettez-vous à la place de votre enfant. Si je vous dis : « C’est bien tu as réussi ton gratin de courgette », vous pensez : « ouf j’aurais pu ne pas le réussir ». Pour votre enfant c’est pareil. A chaque fois que vous lui dites « c’est bien », il pense à la note qu’il aurait pu recevoir : « ce n’est pas bien ». Je vous conseille plutôt de décrire ce qui a fait par des phrases positives. « Je vois que tu as passé ton lacet dans chaque trou et que tu l’as serré pour que ta chaussure tienne ton pied. Je vois que tu sais faire tout seul maintenant. » Là, votre enfant ne pense pas du tout « j’aurais pu mal faire ». De plus, cette méthode valide chaque étape effectuée par l’enfant en renforçant ses acquisitions. La prochaine fois qu’il lacera ses lacets, il ne pensera pas : « il faut faire bien ». Il pensera en se concentrant : « passer dans chaque trou, bien serrer, chaussure qui tient le pied ».

Gardez à l’idée que la façon dont vous parlez à votre enfant deviendra sa petite voix intérieure. Est-il mieux une petite voix qui jugera et rythmera sa vie d’adulte par des “c’est bien” et des “c’est pas bien” ? Ou est-il mieux une petite voix descriptive, qui a le sens du détail et qui l’aidera à se concentrer dans tout ce qu’il entreprendra ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    51
    Partages
  • 51
  •  
  •  
  •  

Une réflexion sur “3 étapes simples pour instaurer la pédagogie Montessori à la maison

  1. Merci pour cet article très riche. Ce que j’aime dans cette pédagogie :
    – Le fait de développer l’autonomie de nos petits.
    – Le fait de favoriser le fait maison 🙂 car on peut aujourd’hui acheter facilement du matériel Montessori mais finalement ce n’est pas qu’une question d’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *