Comment, en 4 étapes simples, ai-je mis en place la pédagogie Freinet à la maison ?

Cet article fini le mois d’Octobre de mon défi (1 mois = 1 pédagogie).

La pédagogie Freinet est axée sur l’expression libre des enfants. Cette pédagogie est utilisée dans les milieux scolaires. Grâce à un réseau d’instituteurs et au mouvement des écoles modernes, on retrouve régulièrement des classe Freinet dans les milieux scolaire. Leur principale difficulté est qu’elles sont régulièrement pointées du doigt par les directeurs, les autres enseignants de l’école ou encore les parents. Au départ, ils ne comprennent pas ce mode de fonctionnement différent dans les classes. Puis, aux vues des résultats et retours positifs, la pédagogie est acceptée.

Pour mettre en place cette pédagogie chez vous, vous n’avez pas besoin de matériel particulier et elle s’adresse aux enfants de tout âge.

En retour de mon expérience, je nommerais cette pédagogie de productive. Pour peu de travail, de matériels et d’organisation, elle offre de merveilleux résultats. Guidé par leur curiosité, les enfants apprennent. Leur désir les amène à réaliser de magnifiques projets pédagogiques. Par l’expression libre, ils deviennent à l’aise à l’oral. L’expression écrite ou l’expression par l’art les recentre sur eux pour une meilleure connaissance de soi. Ils sont confiants et épanouis dans le travail qu’ils font. Ce qui fait naître le cercle vertueux des apprentissages.

1 ère étape : Chacun prend sa place : L’enfant en tant que chercheur et l’adulte en tant que guide.

  • pourquoi ?

Cette étape est simple et en même temps elle est cruciale. Rein de pire que de se placer au-dessus de l’enfant de manière autoritaire pour casser toute la spontanéité et la curiosité dans les apprentissages de l’enfant. Cette pédagogie ne peut pas se mettre en place si nous imposons quoique ce soit à l’enfant. C’est la pédagogie des enfants libre. Et pourtant elle n’a rien d’anarchiste cette pédagogie. Nous allons guider l’enfant pour qu’il gagne en autonomie, pour qu’il approfondisse ses découvertes, pour organiser son matériel favorisant ses apprentissages et nous allons l’accompagner tout au long de ses acquisitions.

Avec ma fille nous avions déjà cette relation là puisqu’elle fait partie de mes principes pédagogiques. Elle apprends, vit et communique en toute spontanéité. Je peux vous donner quelques conseils pour mettre cette première étape en place.

  • Quelques conseils

Dites vous que d’enseigner quelque chose à votre enfant qui ne l’intéresse pas verra son efficacité diminuer de moitié. Vous allez vous dire que votre enfant a des difficultés. Dans un souci de bien faire, vous allez libérer plus de temps et d’énergie dans cette tache. Ce qui va écœurer petit à petit votre enfant, diminuer sa concentration, augmenter son irritabilité ou bien votre enfant va fuir le travail. Un cercle vicieux va s’installer ou est déjà installé.

A mettre en place cette étape vous allez y gagner, vous et votre enfant. Observez votre enfant, écoutez-le parler et essayez de saisir ses intérêts. Vous allez alors pouvoir vous appuyez dessus. Ses intérêts seront vos ressources pour approfondir ses connaissances et guider ses apprentissages.

  • Exemples concrets

-Abordez les mathématiques par des recettes de cuisine. On additionne les ingrédients. On peut faire des soustractions avec la balance. Apprenez-lui les fractions avec les parts de gâteaux.

-Découvrez l’anatomie lorsque vous faites du sport ou lors de séances de yoga. Où sont les muscles ? Les os ? Les articulations ? Les ligaments ? Comment s’oxygène les muscles ? Pourquoi mon cœur s’accélère-t-il ? Pourquoi suis-je essoufflé ?

globe terrestre-Votre enfant aime les animaux ? Accrochez au mur une grande carte du monde. Et découvrez la géographie. Où vie le guépard ? Dans la savane ? En Afrique ? Qu’est ce que la savane ? Un milieu chaud, une plaine, la brousse, des herbes hautes, …

De cette manière les apprentissages seront optimisés. Votre enfant sera épanouit et vous aussi.

2ème étape : Mettre en place un climat serein axé sur l’expression libre et la communication.

  • Pourquoi ?

L’expression libre est le concept qui caractérise la pédagogie Freinet. La pédagogie Freinet forme des êtres penseurs. Et c’est l’expression qui forme la pensée. Au travers de textes libres, de dessins libres, de correspondances l’enfant communique. Il est dans l’expression de ses connaissances, de ce qu’il vit, de ce qu’il ressent, de ce qu’il fait et ce qu’il est. Il est dit aussi que cette pédagogie est thérapeutique. L’enfant, lorsqu’il s’exprime, se libère petit à petit de ses tracas accumulés, ses traumatismes et ses angoisses. En s’exprimant, il se construit et s’estime.

  • Comment ?

cahierMettez à disposition deux cahiers à votre enfant. Il pourra, en fonction de ses envies, écrire ce qu’il souhaite dans l’un et s’exprimer par le dessin dans l’autre. Proposez-lui assez régulièrement, lorsque vous voyez qu’il est animé par une idée à vous communiquer, d’aller écrire dans son cahier d’écriture ce dont il a tant envie de parler. Au début, il n’ira pas mais proposez-lui quand même. La suggestion mentale faite c’est une petite graine de déposée qui va tranquillement germée. Une fois qu’il aura tenté l’expérience, ne jugez en aucun cas son écrit. Même s’il y a beaucoup à redire. C’est à lui. Il va doucement prendre goût aux écrits. Petit à petit, ça deviendra un réflexe d’aller s’exprimer dans son cahier. Laissez les fautes et l’application de l’écriture pour ne pas le freiner dans son expression. Lisez seulement s’il vous le demande en gardant pour vous vos commentaires. Votre enfant fera un effort d’application et fera attention aux fautes lorsque son expression écrite aura un but à communiquer, comme pour une correspondance.

Stimulez l’envie d’écrire par les correspondances. Trouver un copain pour communiquer avec votre enfant. Il aura envie d’apprendre à le connaître en lui posant des questions et il pourra raconter à propos de lui. C’est un excellent moyen d’apprendre à écrire. Je vous suggère d’aller sur des groupes Facebook autour de la parentalité, vous allez trouver d’autres parents avec des enfants dans les âges du votre. Les parents seront ravis d’avoir un correspondant pour leur enfant. C’est une excellente méthode de communication. Vous pouvez faire de même pour l’apprentissage d’une langue.

  • Comment ça s’est passé chez nous ?

Chez nous, nous avons mis en place un seul cahier puisque Ilana, ma fille, ayant seulement 3 ans, ne sait pas encore écrire. Nous l’avons appelé “le cahier d’expression”. C’est un cahier ordinaire et simple. Et en même temps, il a la particularité de ressembler à mes cahiers où je prends mes notes. Je vous laisse donc imaginer combien elle était fière avec son cahier. Je lui ai expliqué que c’était son cahier à elle seule, qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait dedans et qu’elle le rangeait où elle voulait. Il y a eu des dessins et des pages entières de spirales, comme si elle essayait d’écrire. Alors que je ne lui avais pas parlé d’écrire. J’étais surprise ! Elle est venue me voir et elle m’a dit : “Maman … J’ai envie d’écrire. Tu peux m’apprendre ?” Je n’en revenais pas de ce que j’entendais. A ce moment là, j’ai pu mesurer toute la puissance de cette pédagogie. Mettez en place ce cahier, je pense que vous allez être agréablement surpris.

Ilana a un copain avec qui elle correspond. Pour le moment, se sont des dessins, de la peinture et des collages. Elle est très excitée à chaque fois qu’elle reçoit une nouvelle lettre et met beaucoup d’énergie dans l’envoi de ses lettres. C’est une très bonne activité que je vous recommande de faire. J’aimerai beaucoup qu’elle apprenne à écrire grâce à celle-ci. Je vous invite vivement à découvrir la méthode naturelle de lecture et d’écriture (MNLE).

3ième étape : Un aménagement qui facilite le travail en autonomie

  • Comment ça s’est passé chez nous ?

L’aménagement du lieu de travail de l’enfant est à soigner. L’enfant a besoin d’un endroit agréable, calme et épuré pour prendre plaisir à travail et pouvoir s’y concentrer. A cette occasion j’ai changé l’aménagement de la chambre. J’ai aménagé un coin lecture agréable, un coin travail ergonomique avec un pupitre pour dessiner ou peindre et une petite table et deux chaises et un coin matériels avec un grand meuble à étagères. Dans le coin matériel, il y a des choses à disposition (dessin, quelques jouets, du matériels Montessori), il y a des choses qui ne sont pas à disposition mais sont dans son champs de vision (la peinture, les perles, la pâte à modeler, les pastels, les puzzles et les jeux de société). Cette liste n’est seulement qu’un exemple d’organisation car elles sont deux dans la chambre, dont la dernière a 18 mois. A vous d’adapter à votre enfant. Les puzzles et les jeux de société qui étaient à disposition auparavant étaient source de bazar.

coin lecturecoin travailcoin matériel

  • Quels sont les résultats ?

Depuis ce nouvel aménagement, l’espace est optimisé. La chambre est plus facilement rangée. Elles s’y sentent mieux. Avant, elles allaient chercher tel jouet dans la chambre et venaient jouer dans le salon. Depuis, elles vont dans la chambre et y reste pour jouer. Et surtout ce qui a changé, Ilana a gagné en autonomie. Elle prend le matériel, dessine, repose à sa place, va chercher autre chose et le range (presque à chaque fois) lorsqu’elle a fini.

  • Pourquoi ?

C’est l’aménagement qui influence ce comportement. L’enfant n’est pas laissé à l’abandon. La chambre à un fonctionnement et une organisation pour que l’enfant puisse agir librement. C’est sécurisant pour lui. Ce sentiment amène le travail, la concentration et le plaisir.

4ème étape : Faire des projets pédagogiques

  • Qu’est ce que le projet pédagogique ?

Le projet pédagogique peut être un exposé, une conférence, un texte, un film, un film documentaire, une interview, un livre sur un sujet particulier.

C’est votre enfant qui doit choisir ce qu’il souhaite faire. S’il ne souhaite rien faire, ce n’est pas grave, laissez-le ça va venir. S’il aime l’astrologie, il peut faire un exposé ou une conférence. S’il aime un animal en particulier, il peut interviewer un éleveur ou son vétérinaire. Pour plus d’idées venez voir cette liste d’activités.

  • Pourquoi ?

Ces projets sont importants d’un point de vu éducatif. L’enfant apprend au travers tous les rôles auxquelles il peut intégrer : usager, créateur, chercheur, professeur, conférencier, auditeur, aide, … Puisqu’il travaille sur ce qu’il aime, les apprentissages ont du sens, ça suscite son intérêt, sa créativité et sa motivation. Il est dans le faire. Il agit et ça a un impact sur l’autre. Et c’est ça qui est le plus motivant dans ce projet. Le but est qu’il soit lu, vu, écouté, regardé par quelqu’un. Sinon, autant simplement lire un livre et passer à autre chose. Ici, non seulement on va lire des livres pour s’informer, et en même temps on va mobiliser ses informations pour le transformer en quelque chose. Mesurez-vous l’ampleur des acquisitions lors d’un tel projet ? Cela dépasse largement l’évaluation de l’école, qui en plus d’angoisser c’est sans source de plaisir la plupart du temps. On peut dire que le projet pédagogique a de puissantes valeurs intégratives et émancipatrices.

  • Comment faire ?

Je vous suggère de mettre en place un cahier à projets. L’enfant pourra écrire tous les projets en cours ou à faire et ça permet de suivre facilement les évolutions. Au départ, votre enfant n’aura pas beaucoup de projets. Puis, petit à petit il y prendra goût et il aura pleins d’envies. Et c’est génial ! J’ai visité une école démocratique Les lueurs des champs où ils utilisaient ce cahier à projets. L’animateur demandait tous les matins à chaque élève deux questions : “Où en es-tu dans tes projets ?” avec le cahier ouvert, et “Qu’est ce que tu veux faire aujourd’hui ?”. Cela me semble adapté.

  • Comment ça s’est passé chez nous ?

Avec ma fille nous avons réalisé un petit film. Elle souhaitait expliquer à ses copains les animaux/insectes qui l’intriguent en ce moment (abeille, moustique, araignée, écureuil, verre de terre et escargot). Elle a d’abord découpé et colorié chaque dessin qui servait de support. Je l’ai filmé en train d’expliquer et réalisé un montage. Elle était très motivée puisqu’elle savait que c’était pour les copains. Elle adore visionner le résultat.

projet pédagogique 2projet pédagogique

Pour conclure

Ici, cette pédagogie a été testée et approuvée. Je vous la recommande vivement. Elle est facilement adaptable à tout mode de vie. Comme vous l’avez constaté, elle est très simple à mettre en place pour des apprentissages de qualité.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    39
    Partages
  • 39
  •  
  •  
  •  

3 réflexions sur “Comment, en 4 étapes simples, ai-je mis en place la pédagogie Freinet à la maison ?

  1. Bonjour Marion,
    et merci pour cet article 🙂
    Tu donnes de précieux conseils pour mettre simplement en place cette pédagogie à la maison.
    J’adore le concept, c’est simple et les valeurs me parlent. De toute façon, comme il n’y a pas d’école Freinet vers chez moi (Pays Basque), si je veux que ma fille reçoive ce type d’éducation je vais devoir le faire moi-même. Il me semble qu’on en avait déjà parlé…
    Natacha

  2. Bravo! Super article, très clair et bien structuré. Merci 😊 j’ai hâte de suivre ton défi! Les exemples et les photos aident à se projeter. C’est vraiment bien, proche et accessible (contrairement à d’autres sur ce sujet)😊 Bonne continuation, Anne-Marie

  3. Bonjour Marion !

    Merci pour ce résumé de la méthode. J’aime beaucoup le fait de développer l’autonomie de l’enfant et que sa liberté soit un facteur de développement.

    Apprendre les maths via la cuisine, c’est génial 🙂 Avec le mien, on exerçait les maths avec les jeux de cartes Pokémon, comme quoi ça a aussi un intérêt 😄 Compter les points au Scrabble également est un bon exercice tout en s’amusant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *