6 concepts de la pédagogie Reggio

“Les enfants sont des êtres forts, riches et compétents. Tous ont la capacité, le potentiel, la curiosité et le désir de construire leur apprentissage et de gérer les apports de leur environnement.” de Loris Malaguzzi

Loris Malaguzzi, psychologue et professeur au primaire, crée un village autour de l’enfant. Son premier centre voit le jour en 1960 à Reggio Emilia en Italie. Depuis 1966, cette pédagogie Reggio Emilia fait partie intégrante du système public d’éducation.

La pédagogie Reggio est une magnifique pédagogie au contact de la nature environnementale et humaine. Elle se situe dans le cœur des enfants stimulée par leurs envies expérimentales.

Je me suis aidé de ce livre “Le grand guide des pédagogies alternatives” pour vous écrire cet article.

Voici les concepts qui caractérisent la pédagogie Reggio :

 1 – L’enfant protagoniste

L’enfant est le maître d’œuvres de ses apprentissages. Il apprend selon ses intérêts, ses envies, ses découvertes, ses résolutions de problèmes. Tous les enfants, possèdent en eux, le potentiel, la curiosité et l’intérêt nécessaire pour construire leurs apprentissages. L’enfant interagit et négocie avec son environnement. Il y trouve toutes les ressources nécessaires : inspiration, questionnement, stimulation, …

 2 – L’enfant est un être social

L’enfant a besoin de relations stables et significatif. La pédagogie Reggio construit un village autour de l’enfant. Il apprend et s’inscrit dans une communauté avec ses camarades, les parents et les éducateurs. Il n’y a pas de hiérarchie. Chaque personne participe à la vie du centre. Il se construit au travers de ses relations et chacun s’enrichit les uns aux autres. Les parents participent quotidiennement au centre pour faire des ateliers et activités.

 3 – Expression de soi et communication

Les enfants ont le droit de communiquer comme ils le veulent car la communication est un besoin mais aussi une faculté à développer. L’adulte (parents et éducateurs) s’assure que l’enfant est la place nécessaire à cette communication. L’enfant a des niveaux surprenants de communication, de compétences, de symboliques et de créativité au travers le dessin, la musique, la danse, la construction, le collage, le mouvement, la peinture, la sculpture, le théâtre, le théâtre d’ombre, le jeu dramatique et bien d’autres encore. Ces activités permettent de conquérir un langage naturel. Toutes ces expressions de soi amène les enfants à la rencontre de son “moi” intérieur. L’écoute de soi-même favorise l’émergence du dialogue, la prise en compte de l’opinion de l’autre et le partage d’idée. C’est un cercle vertueux qui prend forme.

 4 – L’éducateur est un collaborateur

L’éducateur accompagne, soutien, aide l’enfant dans son processus de questionnements, de réflexions, de contradictions, d’hypothèses et le foisonnement d’idées. L’adulte ne dicte rien, il ne choisit pas vers quel apprentissage l’enfant doit se tourner.

L’éducateur va perpétuellement se remettre en question et sortir de sa zone de confort pour améliorer les ressources de l’enfant. Il va repenser l’environnement, l’aménagement, ses réflexions autour du cheminement et questionnement de l’enfant. Il va chercher à aller plus loin dans sa manière de collaborer.

L’éducateur doit se concentrer sur chaque enfant dans son cheminement, son expression et ses relations. L’accent est mit sur le travail en petits groupe. Cette pratique est basée sur le modèle constructiviste social qui soutient l’idée que nous nous formons dans notre interaction avec les pairs, les adultes, les choses dans le monde, et les symboles.

De plus, l’éducateur met à jour la documentation pour les enfants. Cette documentation contient les réalisations des enfants, les projets, les expériences, les gestes posés, les objectifs, les commentaires des enfants, les photos, les dessins. Cette documentation sont une ressource pour les enfants. Elle construit le patrimoine de classe.

 5 – Le jeu

Le jeu est un puissant outil de travail pour les apprentissages. Les plus forts apprentissages ne viennent pas des livres mais de l’imagination et de la curiosité. Il suffit d’observer l’énergie que les enfants peuvent mettre dans les jeux pour comprendre cette puissance. Les jeux stimulent la création, l’imagination, la construction, l’emprunte de soi, l’implication de soi, l’emprunte sociale, le partage des savoirs, l’élaboration de jeux complexes, le soucis du détail, l’organisation et bien d’autres bénéfices. Plus l’enfant mobilise cette énergie étant enfant au travers le jeu plus l’adulte qu’il sera utilisera cette énergie et cette joie dans ses projets et ses objectifs de vie. Donc ne cassons pas cette énergie mais préservons-là en les laissant jouer et jouer jusqu’au bout, jusqu’à épuisement du jeu. Le respect du jeu est une grande importance.

 6 – L’environnement

L’environnement est pensé. Il doit être riche, naturel et polyvalent. Dans un premier temps, l’intérieur et l’extérieur doit être en étroite relation. A l’intérieur, on doit trouver des plantes, du matériels en bois comme des tabourets en rondins de bois. L’ambiance doit être influencée en fonction de la saison afin d’être toujours en relation avec l’environnement extérieur. L’aménagement doit être esthétique, vivant, invitant et provoquant. Le matériel est fait essentiellement avec de la récupération. Présenté proprement dans des présentoirs ou paniers (pommes de pin, branches, laines, coquillages, tissus de différentes matières, …). L’extérieur donne accès à des sentiers pour des promenades, des jeux extérieurs avec là aussi de la récupération (tronc d’arbre, pneu de voiture, cordes, branches, brouettes, …) et des installations pour rendre visibles les comportements des forces physiques (vent, eau, …).

Comment s’organisent nos classes de nos jours ?

Dans une classe, il y a 25 élèves et deux enseignants qui se suivent pendant 3 ans. Il y a un atelierista, c’est un artiste-éducateur qui coordonne toute la partie artistique de l’école. Le pedagogista assure la coordination entre les différents acteurs de l’école. C’est le garant des principes Reggio. Puis il y a le cuisinier et les aides auxiliaires qui participent, eux aussi, à l’éducation des enfants.

 

Voici un texte de Loris Malaguzzi

“L’enfant est fait de cent.
L’enfant a
une centaine de langues
une centaine de mains
une centaine de pensées
une centaine de façons de penser
de jouer, de parler.
Une centaine, toujours une centaine de
des moyens d’écoute
de s’émerveiller de l’amour
une centaine de joies
pour le chant et la compréhension
une centaine de mondes
à découvrir
une centaine de mondes
à inventer
une centaine de mondes
à rêver.
L’enfant a
une centaine de langues
(Et plusieurs centaines d’autres)

Mais ils en volent 99.
L’école et la culture
séparent la tête du corps.
Ils disent à l’enfant:
de penser sans les mains
de faire sans la tête
d’écouter et de ne pas parler
de comprendre sans joie
d’aimer et d’admirer
seulement à Pâques et à Noël.
Ils disent à l’enfant:
de découvrir le monde déjà là
et de la centaine
ils volent 99.
Ils disent à l’enfant:
que le travail et le jeu
la réalité et le fantasme
la science et l’imagination
le ciel et la terre
la raison et le rêve
sont des choses
qui ne vont pas ensemble.
Et ainsi, ils disent à l’enfant
que les cent ne sont pas là.

L’enfant dit:
Pas du tout. Les cent sont là.”

Loris Malaguzzi

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    15
    Partages
  • 15
  •  
  •  
  •  

Une réflexion sur “6 concepts de la pédagogie Reggio

  1. Merci Marion pour cet article 🙂
    Je vais faire également un article en juin suite à une matinée découverte dans une école Reggio Emilia. Je me réjouis de voir tous les aspects que tu as évoqués.
    Vanessa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.