5 concepts de la pédagogie Steiner que l’on retrouve dans les écoles Waldorf-Steiner

Dans le cadre de mon défi, je vous présente la pédagogie Steiner.

Rudolf Steiner était employé dans une entreprise de cigarettes Waldorf. Le directeur lui avait demandé de créer une école pour les enfants des employés. Il commence par ouvrir une école au sein de l’entreprise puis donne des conférences en europe. Les écoles Steiner-Waldorf voient le jour un peu partout depuis 1900. Des écoles pour tous, sans distinction de religion, d’idéologie ou de positions sociales.

Ces écoles sont appréciées car elles offrent de bons résultats. Elles étudient la vraie nature humaine pour des apprentissages synergiques avec leur développement physiologique.

Cette pédagogie présente un lien fort avec le monde spirituel, considérant l’être composé du corps, de l’âme et de l’esprit. La tache de l’éducation est d’harmoniser l’âme-esprit avec le corps vivant.

Notre civilisation contemporaine est en train de mourir. L’âme et la volonté est affaiblie. L’état nous prescrit de mauvais programmes et de mauvais objectifs pédagogiques. Emprisonné dans des schémas, l’humanité est revetue d’une huniformité. Aucun homme ne se distingue de l’autre. Ils ont la même image. Ce qui prouve que rien n’a été cultivé pendant leur enfance. D’où la nécessité de transformer le système pédagogique.

La pédagogie ne doit pas être une science, il faut qu’elle soit un art. Le maître doit vivre ses apprentissages et transmettre des notions qui ont un sens vivant pour les enfants. Une relation forte de transmission et de confiance doit s’établir entre le maître et l’élève.

La nature humaineVoici le livre dont je me suis inspirée pour vous écrire cet article. C’est un livre vraiment intéressant car il m’a ouvert l’esprit sur des notions dont je n’avais pas encore accès. Cependant, je vous mets en garde qu’il est assez complexe car il approfondis en détail toutes les dimensions spirituelles et mystiques liées au développement du corps vivant. Personnellement, j’ai apprécié qu’il considère l’enfant dans sa globalité.

1 – L’enseignant créateur

L’enseignant est formé à la science de l’esprit et l’anthroposophie pour un regard vivifié sur l’Homme. Rudolf Steiner donne des cours sur “La nature humaine” aux enseignants et à tous ceux qui veulent élargir leur vision de l’Homme. Il y enseigne l’homme réunifié où l’esprit, l’âme et le corps ne sont plus séparés. Cet enseignement est primordial pour lui. On ne peut pas enseigner à l’enfant des notions, c’est à dire travailler avec l’humain, si l’on ne connait pas sa vraie nature. Néanmoins, cette formation se limite aux adultes. Les enfants eux apprennent les mathématiques, la géographie, la musique, … et pas une conception du monde particulière. Je le précise pour qu’il n’y ait pas d’amalgame. L’enfant pourra plus tard faire sa propre opinion. En attendant, les écoles Waldorf-Steiner offre aux enfants un acte civilisateur.

Les pensées du maîtres franchissent le seuil de la classe. La qualité de l’enseignant n’est pas dans ses conaissances mais dans la direction que prend ses intentions qui doivent être de nourir l’esprit de chaque enfant. Ce sont des hommes en devenir. C’est pour cela qu’il doit exiger de lui-même les plus hautes idées de l’humanité.

La première tâche pédagogique qui incombe chaque enseignant est un travail sur-soi. Vous serez un bon éducateur ou un bon enseignant si vous êtes éveillé par un instinct pédagogique, si vous êtes inspiré par l’enfant en devenir et si vos connaissances sont acquises volontairement.

L’approche à adopter face à l’enfant est importante. Vous façonnez les habitudes psychiques de l’enfant par la façon dont vous lui apprenez à juger. Chaque phrase que vous prononcez devant un enfant contribue à former ses habitudes psychiques. Le maitre doit toujours garder à l’esprit que ce qu’il dit va devenir partie intégrante des habitudes psychiques de l’enfant.

Les évaluatiuons sont inutiles car l’enseignant a l’élève constament sous les yeux. Il sait donc ce que l’enfant connait ou ignore. Dans les écoles Waldorf-Steiner les enseignants suivent leur élèves pendant plusieurs années.

2 – L’art/la créativité

il faut que le maître vive intérieurement l’art. De telle sorte que les choses dont il parle aux enfants soient pleines de goût. Lorsque l’enfant apprend quelque chose, il le saisit d’une telle façon que cela pénètre son être pleinement éveillé.

L’instruction ne doit pas enseigner à lire et à écrire autrement qu’avec l’art. Les premiers éléments d’apprentissages doivent être la peinture, le dessin, la musique. Ce sont eux qui vont éveiller les apprentissages plus intellectuels. Nous devons donc commencer pour les arts. Nous maltraitons la créativité lorsque nous nous bornons à enseigner de manière intellectuelle.

L’art prend une part importante dans la pédagogie Steiner, puisque l’art amène la joie. L’activité artistique repose sur la répétition de l’exercice donc procure une joie toujours nouvelle. L’art procure un plaisir sans cesse renouvelé. Il est donc un excellent outil éducatif.

Voici un extrait du livre :

“Nous ferons encore appel à l’imagination créatrice en disant par exemple à l’enfant : tu as déjà vu une lentille, une loupe, cet instrument capable de concentrer la lumière ? Eh bien, tu en as une dans ton oeil ! Tu sais ce que c’est une chambre noire, où l’on peut reproduire des objets extérieurs ? Eh bien, ton oeil en est une !”

théorème de pythagoreNous devons faire appel à la créativité même en géométrie et en arythmétique. Il est possible de faire comprendre le théorème de pythagore avec ses facultés créatrices.On viendrait en aide à sa créativité si on lui demandait d’étaler de la poudre sur chacun des carrés. Et que la quantité souflée sur le plus grand carré doit être telle qu’elle puisse aussi recouvrir le petit et le moyen. De cette manière, l’enfant peut s’emparer des figures et des surfaces avec toute sa fantaisie. C’est ainsi que le maître peut pénetrer ses apprentissages de créativité.

3 – Les 3 périodes

L’enseignement et l’éducation classique cherche à ce que l’enfant réagisse comme un adulte. C’est une erreur car l’enfant n’est pas encore un adulte mais un enfant  qui a encore a développer des forces physiques et psychiques différentes des adultes.

Le développement de la vie de l’enfant peut se scinder en trois périodes :

  • la première période dure jusqu’au changement de dentition, environ jusqu’à 7 ans. C’est la période où l’enfant est dans l’imitation. Il suppose que le monde est moral.
  • La deuxième période est du changement de dentition jusqu’à la puberté, environ 14 ans. L’enfant veut vivre sous une autorité. Il admet que le monde est beau. Il vit dans le présent.
  • Et la troisième période, L’enfant aspire à tisser des relations avec le monde selon son propre jugement et ses propres opinions. L’adolescent réalise que le monde est vrai. C’est donc à ce moment là que l’enseignement peut prendre un caractère scientifique.

4 – La volonté

Comment parvenir à exercer une action saine sur l’enfant et ses affectes. Voilà une question intéressante que se pose aussi beaucoup de parents. L’enfant est guidé par ses impulsions et ses volontés naturelles. Les remontrances et les discours moralisateurs ne sont pas une bonne méthode. Ils abiment l’enfant dans ses profondeurs et dans la relation. L’objectif est de diriger l’attention de l’enfant vers quelque chose qui va l’éveiller. Il faut amener l’action à se répéter pour que ça devienne une habitude chez l’enfant.

Pour susciter un intérêt vif pour un sujet, par exemple la zoologie, il faudra organiser notre enseignement. Il est évident que nous ne pourrons pas susciter cet intérêt en un jour. L’intérêt pour le monde animal devra s’éveiller et grandir progressivement. Plus l’intérêt sera éveillé plus l’enseignement agira sur la volonté. Ne pas proposer de conclusions toutes faites mais amener l’enfant à faire ses propres conclusions en fonction de ce qu’il vit dans le moment présent.

Les enfants endormis voir assourdis affectivement, vous revèleront qu’ils sont fortement prédisposés dans leur volonté. Après quelques temps s’éveilleront sous forme de pensées. Pour le moment la volonté dort et la pensée se manifestera que plus tard. Il pourra alors se comporter de manière actif et énergique.

Chez l’enfant on recherche la sphère de la volonté et du sentiement dans ses sens. Lorsqu’on donne un enseignement intellectuel à l’enfant, il faut aussi agir de façon continue sur sa volonté. C’est dans ce sens que l’enfant doit regarder.

5 – Des apprentisages vivants

Tout au long de ses apprentissages il faut apporter des concepts vivants aux enfants. ils doivent pouvoir vibrer et se transformer tout au long de sa vie. Des concepts sans vie, comme des définitions, doivent être conservés des années pour attendre le moment opportun de les utiliser. Ce sont des cadavres de concepts. Il faut qu’ils soient vivants. Inculquer des définitions à la chaine, c’est la mort de l’enseignement vivant. Alors comment animer ces concepts de vie ? Il faut caractériser et non définir. Au lieu de dire ceci est comme ça, donner pluôt différentes caractéristiques. Ce qui élargis les points de vus. A la différence des concepts morts, les concepts vivants vont se métamorphoser tout au long de la vie de l’enfant.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réflexion sur “5 concepts de la pédagogie Steiner que l’on retrouve dans les écoles Waldorf-Steiner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.