13 concepts de la pédagogie Charlotte Mason à mettre en place à la maison

Si vous aussi, vous cherchez à appliquer la pédagogie Charlotte Mason à la maison, voici les grandes lignes de celle-ci. C’est à l’occasion de mon défi : 1 mois = 1 pédagogie, que notre famille se plonge dans la pédagogie Mason. C’est avec fascination que j’approfondi cette pédagogie d’une grande richesse. Je me suis inspirée de cet ouvrage La pédagogie Charlotte Mason 1 de Laura Laffon.

ecole-de-la-nature1

   1   –    Un environnement naturel

Pourquoi les enfants passent si peu de temps au contact de la nature ? Si nous n’avons pas notre maison sur un joli domaine, en pleine campagne ou dans une petite forêt ça peut être contraignant d’accompagner quotidiennement nos enfants explorer le monde extérieur. A l’époque c’était plus facile, les zones urbaines n’étaient pas aussi développées qu’aujourd’hui. On laissait les enfants jouer dehors. Ils partaient à pied à l’école. De nos jours les résidences et lotissements fleurissent. Nous ne laissons pas nos enfants sortir sans surveillance. Mais je pense que si vous aviez notion des bénéfices qu’a la nature sur le développement de vos enfants vous feriez l’effort d’intégrer un peu plus de sorties dans votre planning hebdomadaire.

Ce premier point est essentiel à la pédagogie Charlotte Mason. La grande majorité des apprentissages se font dehors à observer la nature et à la comprendre. Elle nomme “le réel”. Essentiellement avant 6 ans, l’enfant devrait passer 6 heures minimum en extérieur. Le cerveau de l’enfant est en pleine maturation, il est difficile de se projeter dans des explications qui sont abstraites pour lui. Rien de mieux pour lui d’observer un bourdon butiner ou d’analyser la composition d’un nid.

Il va pouvoir affiner son raisonnement, mobiliser ses connaissances et développer sa curiosité naturelle. L’enfant va exercer ses capacités nécessaires à un apprentissage de qualité. Des acquisitions vont se faire simplement. Il va développer des notions de biologie animale et végétale, de géologie, de géographie, d’historique si l’on est sur des sites spécifiques, enrichir son vocabulaire, et d’autres encore. Je ne peux pas tout énumérer, mais la nature ouvre l’accès à de vastes champs d’apprentissages. En dialoguant sur une observation on peut débuter un débat sur un sujet quelconque. Les débats vont permettent de développer ses propres opinions, ses idées, il ouvre de nouvelles perspectives que nous n’avions pas accès. Il est préférable de ne pas interrompre un débat avec un enfant qui investi son énergie intellectuelle.

Avec ma fille, c’est lors de promenades que nous avons nos plus belles discutions autour de la vie en générale. Ceci pour vous dire qu’au contact de la nature l’enfant apprendra. Et surtout, il aura accès à toutes ses choses qu’il n’apprendra pas dans des manuels scolaires. “Si les enfants sont autorisés à bâtir des relations avec la nature durant leurs premières années (de la naissance à quatorze ans), leur curiosité scientifique durera toute leur vie.”

   2   –   Une multitude d’idées vivantes

L’enfant doit être exposé à une multitude d’idées car c’est l’idée qui éveille. C’est elle qui nous permet d’adopter un raisonnement, d’élaborer de grandes réflexions, de construire des projets. L’enfant n’a pas besoin d’être préparé ou modeler pour recevoir des connaissances car il en est naturellement friand. Il suffit de lui apporter une quantité de belles idées. Car il en suffit d’une toute petite pour allumer un feu capable de bruler toute une vie. Certain vont trouver tout de suite leur chemin de vie, d’autres mettront plus de temps pour connaitre leur vocation.

   3   –   Les living books (ou livres vivants)

Pour que l’enfant soit exposé à de belles et grandes idées vivantes rien de tel que les livres. Les livres sont une source d’inspiration. Ceux qui nourrissent l’esprit sont les livres, poèmes et chefs d’oeuvre qui créaient la surprise. Les living books sont des livres très bien écrits, de beaux livres, écrits par des auteurs passionnés. Parmi eux, il y a les livres d’aventures, les poèmes, les fictions, les récits historiques, …. Ils sont remplis d’idées nobles et placent la nature comme une chose omniprésente. Ils apportent des connaissances intéressantes et engagées en déclenchant des étincelles dans l’esprit de l’enfant. L’âme du living book doit marquer positivement l’enfant.

   4   –   Un dynamisme naturel

Les enfants naissent dynamique, cela varie d’un enfant à l’autre, mais en général ils le sont. Et c’est très bien. Ils doivent se mouvoir avec agilité. Ils dansent, courent, jouent, glissent, sautent, nagent, prennent des risques, … Ils doivent être libre de faire tout cela. Toutes ces actions alimentent leur gaieté spontanée et naturelle. Ils se remplissent émotionnellement de choses bonnes et saines pour leur personnalité. Nous cherchons trop souvent à les canaliser et à les contenir, au risque d’éteindre leur étincelle.

   5   –   Exercer la concentration et la mémoire

La mémoire et la concentration est l’un des points clé des capacités mentales. L’enfant en aura besoin pour ses études et probablement dans son futur métier. Mais comment faire pour exercer son enfant.

Si vous voyez votre enfant concentré sur une fleure, profitez-en. Décomposez lui l’anatomie de la fleure, montrez-lui le pollen que les abeilles viennent butiner, expliquez-lui le pédoncule (la tige) qui devient les racines sous terre pour capter les nutriments, … Là, toute la concentration de votre enfant sera sollicitée et l’empreinte de la mémoire sera plus importante. Lorsque vous recroiserez une fleur, faites un rapide rappel pour renforcer les acquis.

Si l’on voit que l’enfant n’est plus intéressé, il ne faut pas insister. L’ennui est l’ennemi de la concentration et de la mémoire. Ainsi que les enfants trop occupés n’ont pas le temps ni l’énergie de se concentrer sur quoi que ce soit. Tout comme les bavards qui passent d’une idée à l’autre. Même s’ils ont une bonne mémoire leur concentration en est affectée. L’esprit devient l’esclave de ses propres pensées.

Incitez votre enfant à se concentrer pour développer sa mémoire et ses connaissances. Arrêter lorsqu’il n’est plus intéressé. Faites des rappels. On peut même exercer les bébés. Lorsque leur intérêt se porte sur un objet, respectez ce temps là il est précieux. Même si c’est l’heure de partir ou de prendre le bain, laissez votre bébé terminer. Ne l’interrompez en aucun cas. Toute son énergie est axée sur cet objet. Il est en pleine concentration.

   6   –   Les temps de repos

Il est important que l’enfant ait des temps de repos. De nos jours, trop d’enfant ont des plannings complets toute la semaine avec des journées à rallonge. Chaque enfant à besoin de moments pour penser, imaginer, se récréer et se reposer. Il faut des moments de répits, seul et dans le calme. Un enfant ne peut pas être créatif, curieux s’il n’a pas un moment à lui. Il devrait y avoir un temps de repos après chaque activité et après chaque repas. Si après une activité il n’y a pas ce temps là, comment l’enfant peut-il assimiler ce qu’il vient d’apprendre ? C’est l’histoire de la petite graine. Une graine est plantée lorsqu’il apprend. Faut-il encore lui laisser le temps de pousser et de fleurir. Ces moments là vont venir dynamiser et optimiser toutes les acquisitions.

   7   –   Le travail manuel créatif

Tous les enfants aiment faire des châteaux de sable, de la soupe imaginaire avec de la boue et des pliages en papier. Pourquoi ne pas alimenter cet aspect créatif qu’il apprécie tant ? On peut proposer toutes sortes d’ateliers/activités. Ils seront très heureux et curieux de les découvrir. Les enfants aiment travailler avec leurs mains, avec le toucher. Ils assimilent beaucoup de cette manière et développent leur créativité. Ils devraient avoir une bonne connaissance des différents matériaux : l’argile, le bois, le fer, le cuir, le tissus, les aliments, …

   8   –   La discipline / Les bonnes habitudes

Charlotte Mason tenait à ce que les enfants soient disciplinés, c’était une valeur importante pour elle. Alors non, nous n’allons pas parler de punition ou encore pire, de corrections corporelles.

Les punitions sont inefficaces. Selon les dynamiques qu’ils se jouent entre l’adulte et l’enfant, l’enfant peut très bien utiliser la punition pour attirer l’attention sur lui. Ceci est un bon exemple d’inefficacité des punitions. Ceci en passant, je vous précise qu’elle était contre toute forme de correction corporelle (fessées y compris !). La tape fige l’enfant donc arrête le mauvais comportement. Le bon comportement ne s’inscrit pas dans le cerveau lors de la tape. L’enfant intègre le comportemnet qui a été figé, c’est à dire celui qu’on ne désir pas. C’est pour cela que l’enfant se stop mais recommencera. Une maman qui crie sans cesse sur ces enfants montre bien que ce n’est pas du tout éducateur car elle doit rabâcher encore et encore.

Selon Charlotte Mason la discipline passe par les bonnes habitudes. Il faudrait six à huit semaines pour qu’une habitude soit acquise. Imaginons une porte de votre maison, qui pour vous, est importante qu’elle soit fermée. Il faudra demander à chaque fois à votre enfant de retourner fermer la porte lorsqu’il oublie. Cela va petit à petit s’inscrire en lui jusqu’à devenir un automatisme. Il fermera la porte sans vraiment y penser. Il ne faut pas d’exception. Il suffit d’une fois, où il s’apercevra qu’il n’a pas fermé la porte et que vous l’avez toléré, pour désamorcer l’automatisme.

La deuxième méthode et de comprendre la source du mauvais comportement. Imaginons une petite fille qui passe son temps à s’occuper des affaires des autres et de propager des rumeurs. Plutôt que de sanctionner, il est préférable de savoir ce qu’il se passe dans sa tête. Donnons lui de quoi se récréer avec des choses intéressantes et assouvir sa curiosité propre. Cherchons vers quoi elle peut inspirer.

Un dernier exemple montrant le pouvoir des bonnes habitudes. Un petit garçon rêveur pendant le laçage de ses chaussures. La maman doit simplement le regarder avec un sourire encourageant pour qu’il comprenne et reprenne à lacer ses chaussures (pour attirer son attention, vous pouvez poser une main en contact de son bras). Au fils du temps, le petit garçon comprendra ce que sa maman attend de lui le matin avant de partir. C’est une jolie alternative à la pression matinale contre la montre.

Charlotte Mason employait le terme de “mauvais comportement” qui peut être qualifié de désuète de nos jours. Je pense qu’il faut se remettre à l’heure de son temps, voir le cheminement qu’elle avait parcouru à l’époque et imaginer celui qu’elle aurait pu adopter si elle avait été encore parmi nous. Ainsi, elle parlait d’autorité du parent et de soumission par obéissance de l’enfant. L’enfant obéissait par choix car il s’avait que c’était bon pour lui. Tout comme il pouvait décider de ne pas obéir s’il juger la demande absurde ou érronée, car c’est un être capable de réflexions et de pensées.

   9   –   Une intimité avec les animaux

Charlotte Mason préconise que l’enfant établisse une relation bienveillante avec un animal. L’enfant va communiquer avec cet être vivant muet. Cette communication non verbale va permettre à l’enfant d’être à l’écoute et de se tourner vers l’autre. Il est de nature altruiste et empathique. L’authenticité, la complicité et l’amour que va dégager cette relation sera que bénéfique pour l’enfant. Il en ressentira un bien-être évident. (Renseignez-vous sur la communication animale, elle s’adresse à tous ceux qui ont des animaux)

   10   –   De bonnes relations humaines

Les relations humaines sont importantes. Elles enrichissent la personnalité et aide à se connaitre. L’enfant devrait être entouré de personnes de tout âge qui interagissent avec lui. Au travers l’histoire, avoir des connaissances humaines sur les peuples de d’autres époques et d’autres cultures. Les relations humaines s’apprennent au travers de l’art, de la littérature, des contes, des récits de voyage et la philosophie. L’enfant doit être familiarisé avec la philosophie au travers des débats et des réflexions. L’enfant va s’identifier, va ressentir les émotions, va réfléchir aux causes et aux conséquences. Chaque petite histoire va modeler ses croyances et construire sa personnalité. Sa soif de connaissance va accroitre au même rythme que sa curiosité. Il va chercher à comprendre ce qui se passe chez l’autre, la raison de certaines réactions. Il va développer une grande connaissance de soi et une grande maîtrise de soi.

Un enfant qui remet en cause les paroles de ses parents est le signe que l’enfant est ouvert au monde. A contrario, l’enfant qui construit ses vérités qu’au travers de ses parents leur confère une simple et pauvre vision du monde. Votre enfant va s’éclore doucement, il faut respecter son rythme et ne rien imposer. Proposez-lui des choses en fonction de ses intérêts. Une certaine curiosité va s’installer petit à petit, c’est bon signe. Alimentez-là. Replacez l’humain au centre de chaque apprentissage, en pointant les émotions et ouvrant le débat sur les causes. Voilà ce qui pourrait solliciter l’intérêt de votre enfant aux relations humaines. C’est accéder à une intelligence humaine.

   11  –   Une intelligence humaine

Les enfants ne doivent pas, comme pour un vase vide, être rempli d’un savoir prédéfini par un groupe de personnes. Nous devons espérer plus pour nos enfants qu’un travail décent et un confort financier. Les enfants naissent tous avec de merveilleuses qualités. Nous devons simplement leur permettre de les alimenter. En faisant confiance et en respectant leur intérêt naturel pour le monde qui les entoure, l’intelligence humaine s’en verra sollicité plutôt que bridé. L’enfant à tout intérêt à avoir une vision intelligente et holistique du monde. C’est à dire qu’il tient compte des différentes dimensions physique, mentale, émotionnelle, familiale, sociale, culturelle et spirituelle de la vie en générale.

   12   –   Les qualités d’orateurs

S’exprimer en public est un exercice difficile mais précieux. Les enfants naturellement racontent leur expérience. C’est à encourager et stimuler. Sans jamais forcer, nous pouvons demander à l’enfant de raconter le livre qu’il vient de finir ou une sortie à laquelle il a participé. Nous ne devrions jamais le demander à un enfant de moins de 6 ans. Sauf s’il le fait de manière spontanée. Nous devons l’écouter avec grand intérêt. La narration va permettre de mobiliser les savoir, renforcer les connaissances, faire des liens entre les différents éléments, petit à petit mettre l’enfant à l’aise à l’oral, lui donner confiance en lui et en ses connaissances.

   13   –   Une conscience spirituelle

Charlotte Mason parlait à son époque que les enfants devait connaitre ses devoirs envers Dieu. J’imagine qu’elle aurait certainement adapté son discours si elle avait été toujours parmi nous. De nos jours, croire en Dieu n’est plus un devoir mais une liberté. Nous pouvons permettre aux enfants d’avoir une conscience spirituelle. C’est ce qui se passe lorsque nous leur parlons de la vie, de la mort, de la santé, de la nature et de l’esprit de manière profonde.

Pour en savoir un peu plus n’hésitez pas à lire le livre de Charlotte Mason

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    29
    Partages
  • 29
  •  
  •  
  •  

4 réflexions sur “13 concepts de la pédagogie Charlotte Mason à mettre en place à la maison

  1. Merci poir ce super résumé de cette pédagogie que je ne connaissais pas. Belle découverte pour moi. Comment allez-vous mettre cela en pratique exactement? J’adorerai avoir des exemples d’activités notamment, savoir concrètement comment vous l’avez utilisé? Merci ++!

  2. J’adore le concept de ton défi et je découvre ce premier type d’éducation avec plaisir ! Pour moi qui n’entendait parler que de Montessori, je suis ravi de voir qu’il y a des alternatives.

    Le concept de contact avec la nature me plaît bien. Pour ceux qui habite en grande ville (Marseille pour moi), qu’est-ce que tu recommanderais en dehors des parcs?

    • Un pique-nique à la plage est parfais pour faire de jolies découvertes. Les enfants adorent jouer les détectives au bord de l’eau. La mer recèle une richesse extraordinaire. Elle est revigorante. Elle est plaisante pour toute la famille et favorise des temps de qualité au contact de la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *